Développement économique

De programme
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Voici nos propositions concernant le développement économique de notre région


La conditionnalité des aides sur certains critères sociaux, écologiques et économiques dans le respect d'objectifs (ou de normes) sociaux et écologiques. Organiser le bon fonctionnement du comité de suivi (composition et calendrier annuel de rencontre) des aides versées aux entreprises afin de garantir le respect de conditionnalités sociales, environnementales, en matière d'égalité femmes-hommes).

• Privilégier les versements des aides aux PME et TPE qui n'ont pas accès au crédit-impôt recherche et réorienter également les aides vers l'économie sociale et solidaire et l'artisanat productif.

Favoriser les productions locales génératrices d’emplois non délocalisables dans l’artisanat, l’économie sociale et solidaire, l’industrie et l’agriculture et développer les circuits courts entre producteurs et consommateurs.

• Réinventer une politique de soutien à des pôles de développement pour permettre de vivre au pays proche de son emploi. Pour cela il nous faudra des outils démocratiques à même de créer des écosystèmes favorables à l’emploi au cœur de nos territoires. Cela suppose de penser l'animation de ces pôles, de penser la formation et l’intégration dans l’environnement, sans oublier l’impératif d’une logique de protection des sous-traitants vis-à-vis des donneurs d’ordre. La région peut devenir le pilote d’écosystèmes industriels locaux qui pousse aux principes d’économie circulaire. Il faut donc transformer l’agence Auvergne Rhône-Alpes Entreprises en fond régional pour l’emploi et la formation. De plus, les CREFOP (les comités régionaux de l'emploi, de l'orientation et de la formation professionnelles) ont un rôle à jouer dans le suivi des plans de relance.

• Développer et étendre la subvention Urscop : aider les salariés à reprendre leur entreprise en scop si elle respecte les critères sociaux, écologiques et économiques. Et proposer un accompagnement sur mesure pour les créateurs d'entreprises dans l'économie sociale et solidaire.

Création d'une vice-présidence à la planification économique et écologique :

- disposant de capacités d'investissement permettant de monter au capital des entreprises de la région pour soutenir des reprises d'entreprise en coopérative par leurs salarié.es

- pour soutenir l'emploi et lutter contre les licenciements

- pour soutenir le principe de maîtrise publique et citoyenne de l’énergie

- pour soutenir la filière régionale des énergies renouvelables

• Pour les investissements comme pour le fonctionnement des services et des politiques régionales nous privilégierons les maîtrises d'ouvrages publiques et nous refuserons les partenariats publics privés et les délégations de services aux privés qui reviennent trop chers aux contribuables et aux usagers.

• Créer un partenariat avec l’opérateur public pour un plan de réduction de la consommation d’énergie, garantir le droit à l’énergie des habitants et de recours aux énergies renouvelables, de réhabilitation énergétique des logements.

• Élaborer des objectifs de formation professionnelle en prenant en compte l’indispensable bifurcation écologique, la souveraineté industrielle et les besoins des salariés et non des entreprises à court terme.

Aide aux PME et TPE pour mettre en place la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). Ce dispositif existe déjà et les entreprises doivent expliquer pour répondre à un appel d'offre mais seules les grandes ont l'argent et le temps de s'y consacrer. Proposer de mettre en place une aide pour que les PME et TPE puissent en profiter.

• Orienter les subventions aux entreprises qui s'inscrivent dans une démarche de sobriété énergétique et de consommation décarbonée.

• Privilégier les entreprises mettant en œuvre la transition écologique et relevant de secteurs prioritaires de la bifurcation écologique.

• Création d'un pôle "zéro déchet" à la Région pour accompagner les collectivités dans leurs démarches et la mise en place d'une politique "zéro déchet" dans leur zone d'action.

• Les subventions pour l'isolation des bâtiments et la rénovation énergétique sont accordées en fonction des résultats obtenus ; cela oblige à respecter les contraintes et pour les propriétaires, et pour les entreprises (matériaux locaux et biosourcés, installation de chauffe-eau solaires...).

• Investissement massif dans la construction de logements sociaux à partir de matériaux biosourcés. Lancer un grand plan énergie autour de la consommation énergétique, du développement des énergies renouvelables et de la rénovation énergétique. Soutenir un réseau d'entreprises partenaires qui oeuvrent dans ce sens.

• La montagne est une richesse régionale : riche de trois massifs montagneux, notre région doit développer le tourisme des quatre saisons tout en facilitant à toutes et tous son accès. La montagne n’a pas simplement vocation à être observée des vallées, elle doit devenir un territoire inclusif tout au long de l’année.

• Mobilisés pour la défense du service public de l’énergie, nous dénonçons ainsi le projet Hercules de démantèlement du secteur public de l’énergie. Le service public est garant de la sécurité et du droit à l’énergie due à toutes et tous.

- La Région Auvergne Rhône-Alpes participera au financement de la production d’énergie renouvelable, par exemple en accompagnant avec les projets portés par les Collectivités Territoriales ou les initiatives citoyennes solidaires, telles que les centrales villageoises.

- La Région pilotera « un cadastre solaire » afin de présenter aux habitants les toitures les plus favorables à la production d'énergie renouvelable.

- La Région organisera un grand débat citoyen sur la production et la consommation d'énergie et sur la bifurcation écologique.

• Proposer une clause de proximité dans les contrats publics afin de favoriser la production et l’emploi local respectueux de normes sociales et environnementales dans le respect du code des marchés publics.

Les monnaies locales complémentaires, mener une politique régionale de soutien et de développement de ces monnaies :

- Créer des Appels à projet régionaux pour favoriser le développement des monnaies locales complémentaires en réponse à des besoins économiques, écologiques et sociaux identifiés sur les territoires

- Créer un fonds de dotation régional permettant de collecter des fonds publics et privés pour soutenir le développement des monnaies locales complémentaires

- Mobiliser les canaux de communication institutionnelle de la Région afin d’accroître la notoriété des monnaies locales complémentaires et d’encourager leur usage par l’ensemble des acteurs des territoires (entreprises, associations, habitants et partenaires publics)

- Engagement de la Région à adhérer aux monnaies locales complémentaires afin de permettre aux agents, aux élus, aux structures etc. d'être payés en partie en monnaie locale si ils ou elles le souhaitent